Accueil » Confiance en soi » Développer la confiance en soi et gérer le stress grâce au jeu d’échecs.

Développer la confiance en soi et gérer le stress grâce au jeu d’échecs.

 

échecsJouer aux échecs a un grand avantage : cela a tendance à effacer les différences. Devant un échiquier, la plupart des handicaps ne rentrent plus en compte, c’est le meilleur stratège, le plus habile, le créateur, le plus compétiteur qui gagne, pas celui qui est plus grand, plus costaud, ou qui court le plus vite … Pour les personnes qui manquent cruellement de confiance en eux, nous avons repéré que les petites victoires avaient de grands bénéfices sur leur confiance. Dans une deuxième partie, nous montrerons également comment le fait de jouer aux échecs améliore la concentration et participe à la gestion du stress.

 

Article écrit par Pierre Petitcunot du site www.apprendre-les-echecs-24h.com

 

Effacer les différences avec le jeu d’échecs.

 

Le jeu d’échecs comme vecteur d’intégration ? Ce jeu aurait le pouvoir d’effacer les différences ? Oui, c’est bien notre propos, et si vous n’avez jamais joué aux échecs, il peut effectivement être difficile pour vous d’imaginer qu’un enfant de 6 ans peut battre à plate couture un adulte ayant fait des études d’ingénieur. Et pourtant, des exemples comme celui-là, les tournois d’échecs en sont remplis!

 

De quelles différences parle-t-on ?

 

Un enfant bat un adulte,  différence d’âge. Un petit qui court lentement bat un grand costaud qui court vite, différence d’aptitude physique. Un dernier de la classe qui bat un chouchou de la maitresse (Clotaire qui envoie au tapis Agnan dans « Le petit Nicolas »), différence d’aptitudes scolaires. Un non-voyant qui bat un voyant,  handicap visuel. Un unijambiste qui bat monsieur tout le monde, handicap physique. Des exemples comme ceux-ci (même le non voyant), le monde du jeu d’échecs peut vous en servir des centaines de milliers. Ainsi, les échecs permettent d’effacer les différences et pas les moindres.

 

Lorsque vous vous retrouvez devant votre adversaire, avant le premier coup, que vous ne le connaissez pas, pas la peine de regarder comment il est habillé, ou l’épaisseur de ses lunettes, ou comment il se déplace ! Ce n’est pas là que cela va se jouer. Cela se joue dans ses capacités échiquéennes et nulle part ailleurs. Celles-ci ne sont visibles qu’en regardant son classement, ou ses parties précédemment jouées, pas en le dévisageant !

 

Les petites victoires : Le boost de confiance en soi.

 

Un enfant qui est continuellement mis en difficulté par un apprentissage scolaire de rabâchage peut voir dans ses notes basses et ses contre-performances répétitives un message clair : « T’es nul ». Mais non cet enfant n’est pas nul ! La manière d’enseigner, son attention, son envie ne forment pas l’osmose qui lui permettrait d’être bon. Mais il peut se révéler excellent dans d’autres domaines tels que le sport. Tout le monde a le souvenir dans son enfance d’un mauvais élève qui était très bon en sport, un peu bagarreur. C’était sa manière à lui d’être bon, d’avoir ses petites victoires pour se forger sa « confiance en soi »

 

Aux échecs, il n’est pas nécessaire d’être bagarreur ou bon en sport, il faut juste connaitre les règles et jouer. Alors vous nous direz, quand on débute on a plus de grandes défaites que de petites victoires. Oui vous avez raison si vous jouez des parties directement avec un adversaire plus fort. Mais non si vous vous entrainez à trouver le meilleur coup soit pour faire « Echec et Mat » soit pour gagner une pièce. Cet entrainement peut être très créatif et un même coup peut avoir plusieurs logiques différentes. Faites expliquer à votre élève, votre enfant, votre ami, pourquoi il a choisi ce coup. Les explications sont toujours très intéressantes ! Et lorsque le coup se révèle être le meilleur ou réellement faire échec et mat, vous verrez dans leurs yeux se dessiner les premières marches de la « confiance en soi »

 

Les difficultés pour se concentrer.

 

La multiplication des objets connectés qui se trouvent autour de nous nous donnent accès à une quantité phénoménale d’informations. L’humanité produit autant d’informations en deux jours qu’elle ne l’a fait en deux millions d’années ! (voir le documentaire hyper-connectés, le cerveau en surchauffe, diffusé sur Arte cette année et disponible sur youtube).

 

Ce flot d’informations arrive trop vite et on n’est pas capable de le traiter. Cela engendre du stress… Des chercheurs sont alors allés rencontrer des centaines de cadres pour voir leur rapport au numérique. Leur travail a permis de montrer que la concentration de ces cadres est très affectée par ce bombardement d’informations. Ils sont constamment interrompus par un coup de téléphone ou un mail et ont beaucoup de mal à retrouver le fil de leur travail ensuite.

 

Dans ce documentaire, ils montrent aussi que ce défaut d’attention est présent dans d’autres sphères de la vie. Par exemple, la durée de concentration d’un jeune devant son écran n’est que de 45 secondes ! Quand on sait qu’un jeune passe en moyenne de cinq à sept heures par jours devant un écran, c’est assez effrayant !

 

Une solution pour gérer le stress : améliorer la concentration.

 

En effet, la concentration, ça se travaille ! Le fait de travailler la concentration permet de reprendre un certain contrôle sur sa vie et de se sentir mieux. Même si on imagine très bien que le jeu d’échecs peut améliorer la concentration, il est important de noter que cela a été démontré scientifiquement ! Michel Noir dans sa thèse (Lyon 2002) a montré que les enfants ayant suivi des cours d’échecs pendant deux ans augmentent leur capacité de concentration de 50% par rapport aux autres enfants. Notons que les capacités de mémorisation et la logique sont aussi améliorées.

 

Pour aller plus loin : notre programme.

 

Nous avons créé spécifiquement un programme marche par marche pour les débutants pour générer depuis le début de l’apprentissage ces petites victoires qui font tant de bien.  Inscrivez-vous sur www.apprendre-les-echecs-24h.com pour l’obtenir. Nous vous amènerons à vous faire confiance, à essayer, à vous tromper, à recommencer. C’est ainsi qu’on développe la confiance. Nous sommes des développeurs de confiance en soi, et nous croyons beaucoup pouvoir changer le monde avec cela !

 

Télécharger le guide 

"Pour Réussir"

Dans ce petit guide gratuit vous découvrirez

18 Secrets de Grand Leaders

pour développer votre confiance en soi.

Inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir le livre


 

You have Successfully Subscribed!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Bonjour et bienvenue sur ce blog

Pour vous remercier je vous offre mon livre "Pour réussir" qui vous aidera à :

Être plus confiant

Être plus motivé

Être plus heureux

Inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir le livre


 

Bravo, vous allez recevoir le lien de téléchargement!