Prise en charge des personnes âgées à domicile.

Prise en charge des personnes âgées à domicile.

 

Maintenir à domicile les personnes âgées nécessite une prise en charge adaptée. La professionnalisation et la formation des intervenants sont les piliers du maintien à domicile de qualité pour améliorer le repérage, l’évaluation, le signalement de la douleur et le suivi de la personne âgée en perte d’autonomie.

 

« L’AIMV reste la première association d’aide à domicile de la Loire. Son expérience et son implication en font un acteur incontournable. L’objectif numéro un est d’assurer la pérennité, notamment financière, de l’association pour maintenir et développer la qualité et la diversité des services à la population, et maintenir l’emploi. L’engagement de tous, à l’extérieur de l’association, comme à l’intérieur avec ses collaborateurs, sera garant de la réussite. »

Yves PERRIN, Président du Conseil d’Administration de l’AIMV

 

« Estimer l’intensité de sa douleur représente une difficulté majeure pour transmettre aux intervenants les éléments nécessaires à l’adaptation de la prise en charge. Dans la plupart des situations, le discours des personnes âgées est court et insuffisant pour prendre l’origine et la mesure de leur état douloureux. La connaissance des principaux signes est essentielle afin de pouvoir alerter dans les meilleurs délais et permettre la mise en place de réponses adéquates sociales ou médicales. »

Isabelle VIALLON, Directrice ajointe opérationnelle de l’AIMV

 

« La prise en compte de la douleur des personnes, touchées par la maladie ou particulièrement vulnérables est la priorité de la Fondation APICIL. Proche du terrain et à l’écoute des patients, la Fondation permet l’émergence de projets pilotes, ambitieux et innovants pour une équité dans l’accès aux pratiques de lutte contre la douleur tant à domicile qu’à l’hôpital. »

Nathalie AULNETTE, Directrice de la Fondation APICIL

 

 

 

COOPÉRER CONTRE LA DOULEUR

 

La Fondation APICIL contre la douleur, le réseau AIMV (Agir Innover Mieux Vivre) en partenariat avec le CHU de Saint-Etienne agissent ensemble afin d’améliorer la qualité de la prise en charge réalisée par les intervenants professionnels (aide-soignante, auxiliaire de vie, aide à domicile) plus particulièrement dans le repérage de la douleur, à domicile.

 

Fervents défenseurs d’initiatives centrées sur l’accompagnement bienveillant, l’écoute et le repérage des besoins ; leur coopération vise à la mise en place d’un plan de professionnalisation des intervenants. Cette formation à l’initiation de repérage des premiers signes de la douleur contribue ainsi à l’amélioration de la qualité de vie des personnes âgées à domicile.

 

Poursuivant ses missions de soutien à la mise en place d’approches complémentaires, de formation, d’information, de recherche, de prévention auprès de patients, de professionnels du monde médical et de la société civile ; la Fondation APICIL contre la douleur apporte son soutien au réseau AIMV, à hauteur de 10 000 €. Ce financement a permis de financer deux années de formation.

 

Prise en charge des personnes âgées à domicile.

 

LE CONSTAT

 

La reconnaissance et la prise en charge de la douleur sont une priorité qui fait l’objet d’un consensus de société. Ce sont des objectifs difficiles à appréhender pour les personnes peu communicantes et en situation de perte d’autonomie, accompagnées à domicile par des professionnels.

 

Il est classique de dire que les soignants sous-estiment la douleur des malades : il a été montré qu’il existait des écarts importants entre ce que perçoit le malade de son état et ce qu’en disent les soignants. Mais le personnel soignant le plus performant est le personnel sensibilisé et formé.

 

L’expression de la personne âgée se heurte aux limites de l’empathie et de la compassion d’autrui qui ne peut se mettre physiquement à sa place. Estimer l’intensité de sa douleur représente une difficulté majeure pour transmettre aux intervenants les éléments nécessaires à l’adaptation de la prise en charge.

 

Dans la plupart des situations, le discours des personnes âgées est court et insuffisant pour prendre l’origine et la mesure de leur état douloureux.

 

À côté des douleurs physiques chroniques, plus facilement repérables, il y a les douleurs psychiques et psychologiques plus sournoises. Ces douleurs peuvent se traduire par de l’agressivité, de l’isolement, de la perte d’envie et d’appétit. L’évaluation de cette douleur, souvent rencontrée à domicile, demeure difficile.

 

L’évolution de la dépendance du public pris en charge à domicile modifie le champ d’intervention de l’aide à domicile. En effet, les intervenants sont plus sollicités sur de l’accompagnement aux actes essentiels de la vie que sur de la prestation de confort, type entretien du logement. Ceci implique une professionnalisation des pratiques du métier qui passe par la formation.

 

 

 

LE CONTEXTE

 

Dans le cadre de son centre de formation, en partenariat avec le CHU de Saint-Etienne et notamment avec le professeur Gonthier et le Docteur Vassal, l’association a élaboré un programme de formation au repérage des 1ers signes de la douleur à destination des Auxiliaires de vie sociale, des Aides à domicile voire des Aides-soignantes.

 

UN PROGRAMME DE FORMATION DISPENSÉ PAR DES PROFESSIONNELS DE SANTE EXPERTS DU SERVICE DE SOINS PALLIATIFS DU CHU DE SAINT-ETIENNE.

 

Cette formation a pour objectifs d’apprendre à repérer, dépister et alerter :

 

– d’une part, en actualisant les connaissances des intervenants face à l’évolution de la dépendance des publics pris en charge à domicile ;

– d’autre part, en initiant au repérage des 1ers signes de la douleur afin d’éviter les hospitalisations indues, d’améliorer le bien-être de la personne et de maintenir l’autonomie.

 

Du fait de leurs interventions à domicile régulières et de longues durées, les intervenants de l’AIMV sont des acteurs de 1er niveau dans le repérage de la douleur. La connaissance des principaux signes est essentielle afin de pouvoir alerter dans les meilleurs délais et permettre la mise en place de réponses adéquates sociales ou médicales.

 

Ce projet s’inscrit dans la continuité d’un partenariat déjà établit avec le CHU autour du repérage de la fragilité. Des interventions précoces et adaptées, dispensées par des professionnels formés, permettent une trajectoire de vieillissement réussie.

 

Le CHU de Saint-Etienne développe progressivement une approche plus globale du parcours de soins des personnes âgées en cherchant à associer au niveau local des acteurs du monde médical, du médico-social et des usagers. L’enjeu est d’assurer une prise en charge graduée des patients dans un projet de territoire, afin de favoriser un maintien à domicile de qualité. Des équipes mobiles de soins palliatifs et gériatriques peuvent aider les professionnels au premier recours et les services d’aide à domicile. La mise en place des plateformes de formations orientées sur le dépistage et l’évaluation de la douleur pour les professionnels intervenant à domicile dans les situations chroniques est un moyen d’améliorer la qualité des soins et d’optimiser la prescription médicamenteuse.

 

36 aides à domicile AIMV ont été formées entre 2016 et 2017.

 

QUI SONT LES BÉNÉFICIAIRES ?

 

Ce sont des personnes fragilisées par l’âge ou la maladie, 85 % des prises en charge ont plus de 6O ans, 70% sont dépendantes de GIR 1 à 4. La moyenne d’âge est de 80 ans, ce sont majoritairement des personnes vivant en milieu rural ou urbain, seules ou en couples, dépendantes, bénéficiant pour la majorité de l’aide de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie). 6% sont des personnes adultes handicapées bénéficiant de la PCH (Prestation de Compensation du Handicap).

 

PERSONNES IMPLIQUÉES DANS LE PROJET

 

Nathalie AULNETTE, Directrice et le Conseil Scientifique de la Fondation APICIL,

Jocelyne LABOURE, Directeur général AIMV,

Isabelle VIALLON, Directrice adjointe de l’opérationnel AIMV,

Docteur Pascale VASSAL, Chef de service aux soins palliatifs,

Régis GONTHIER, Chef du Pôle gériatrie et médecine interne,

Valérie PILOTI, Psychologue, service de soins palliatifs CHU de Saint-Etienne, formatrice au repérage des 1ers signes de la douleur,

Docteur Patricia BLANC, Médecin service de soins palliatifs CHU, formatrice au repérage des 1ers signes de la douleur.

 

 

 

TÉMOIGNAGES

 

Dr Blanc, médecin service soins palliatifs CHU, formateur au repérage des 1ers signes de la douleur – « Dans l’ensemble, les groupes ont témoigné d’une motivation et d’une implication certaine auprès de leurs usagers, avec un désir d’acquérir des connaissances supplémentaires afin de mieux les accompagner. Le thème « douleur et vieillissement » les a intéressés, et a été l’occasion d’aller vers d’autres sujets sur lesquels il leur semblerait important d’être formés, tels que les démences, l’accompagnement des personnes jeunes, le handicap, les troubles psychiatriques… Le nombre de participants était adapté à la formation proposée car cela a permis des échanges spontanés et bien répartis, avec une écoute dans le respect des uns et des autres. Bien que les groupes aient rapporté une amélioration très nette des échanges avec leur hiérarchie entre 2016 et 2017, l’isolement du professionnel reste un motif de souffrance, avec un fort désir de rencontres en équipes et entre secteurs, afin de favoriser l’échange et le partage d’expériences. »

 

Céline, auxiliaire de vie – « J’ai appris les différents types de douleurs que je ne connaissais pas, je serai plus attentive envers les personnes que j’accompagne à domicile. » Julien, aide à domicile – « Actuellement, je m’occupe de deux personnes âgées. Le matin je suis aux côtés de Mario qui a 78 ans. Je l’aide à se lever, à faire sa toilette et je lui prépare son déjeuner. Je passe du temps avec lui avant d’aller m’occuper de Madeleine, une dame de 85 ans. Je l’accompagne faire ses courses et je l’aide à ranger ses affaires. Être auprès d’eux au quotidien et s’assurer de leur bien-être me rend fier d’exercer le métier d’aide à domicile. »

 

Paulette, utilisatrice du service d’aide à domicile – « En plus des services « Téléassistance et clé tranquille », je fais appel à l’AIMV pour de l’aide à domicile depuis 2007. Mon Aide à Domicile vient 3 fois par semaine : lundi, mercredi et vendredi ; 2h à chaque fois. Elle m’aide essentiellement pour le ménage. Mon fils est très présent et c’est lui qui s’occupe de mes courses. Je suis très satisfaite de ce service ; étant donné mon âge, je ne suis plus capable de  aire le ménage toute seule, mais il me semble tout de même important de garder une maison propre. »

 

Marie-Paule, 66 ans et Alain, 64 ans, bénévoles de l’association – « Nous sommes bénévoles au service animation depuis environ 5 ans. Nous avons du temps libre car nous sommes à la retraite. Nous aidons à préparer les activités, à organiser les sorties, nous faisons aussi les chauffeurs pour conduire les personnes âgées à l’AIMV et pour les reconduire à leur domicile. »

 

MÉTHODE D’ÉVALUATION

 

En fin de formation, le responsable du projet a analysé les bilans de satisfaction des stagiaires sur le contenu théorique de la formation, la pédagogie du formateur, les outils proposés et la satisfaction de l’organisation. En situation de travail, à chaque entretien professionnel du salarié formé (au moins une fois par an), le supérieur hiérarchique a évalué ses compétences par rapport au dépistage de la douleur selon les indicateurs définis. L’objectif de cette évaluation est de permettre de s’assurer de l’amélioration de la prise en charge de la douleur par le repérage précoce et la mise en place d’actions adaptées.

 

RÉSULTATS ATTENDUS

 

Le métier de l’aide à domicile a évolué. L’intervenant à domicile souvent présent au quotidien doit avoir connaissance des situations à risques. L’approche de la douleur par un repérage précoce et systématique basé sur l’observation fait partie des repérages de situations à risques.

 

Ainsi l’AIMV a lancé une action innovante avec le projet « sentinelle du repérage de la fragilité à domicile ». L’intervenant à domicile observe, suit les indicateurs de vigilance, fait remonter l’information à son supérieur qui met en œuvre un suivi adapté. Un outil adapté est en cours de mise en place via la téléphonie mobile.

 

PÉRENNISATION ET REPRODUCTIBILITÉ

 

À ce jour le souhait de l’AIMV est de pérenniser cette formation et de la proposer aux adhérents de la fédération UNA 42. Reste à traiter le problème du financement. La Fondation APICIL a permis de financer 2 années de formation.

 

Prise en charge des personnes âgées à domicile.

 

À PROPOS DE L’ASSOCIATION AIMV

 

Isabelle VIALLON, Directrice adjointe de l’opérationnel à l’AIMV : « Association à but non lucratif créée le 10 avril 1956, l’AIMV s’engage depuis près de 60 ans à participer à toute initiative permettant de développer la solidarité et l’aide à l’égard des populations fragiles. En fonction des souhaits, des besoins et du niveau de dépendance des usagers, l’AIMV propose une aide et un accompagnement à domicile dans les différentes étapes de la vie :

• Un service d’aide a domicile
• Un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD)
• Un service d’aide et de soins
• Une équipe spécialisée handicap
• Un centre de santé infirmier
• Une filière Alzheimer
• Un accueil de jour
• Une équipe spécialisée à domicile (extension du SSIAD)
• Un service de téléassistance
• Un service mandataire judiciaire a la protection des majeurs. »

 

La diversité, la complémentarité de ses services et les compétences de son personnel permettent à l’AIMV de faire face aux évolutions de la société et de proposer un accompagnement pérenne et fiable à la population de la Loire. Acteur majeur du secteur sanitaire et social de la Loire, membre des réseaux UNA (Union Nationale de l’Aide des soins et des services au domicile), et URIOPSS (Union Régionale Interfédérale des Organismes Privées Sanitaires et Sociaux de Rhône-Alpes), l’AIMV emploie 1300 professionnels salariés qui accompagnent 13 000 personnes sur 150 communes du Département. Ainsi, l’AIMV est l’une des associations les plus importantes de la Loire. Plus d’informations sur https://www.aimv.org/

 

À PROPOS DU CHU DE ST-ETIENNE

 

Le CHU de Saint-Etienne est au centre d’une des 30 filières gérontologiques de la région Rhône-Alpes. Le CHU de Saint-Étienne est un pôle de référence hospitalo-universitaire en région Rhône-Alpes. Il doit répondre à l’important besoin de santé qui caractérise le bassin de territoire et le département de la Loire. Cet établissement de soins doit développer progressivement une approche plus globale du parcours de soins des personnes âgées en cherchant à associer au niveau local des acteurs du monde médical, médico-social, ainsi que les usagers.

 

L’enjeu est d’assurer une prise en charge graduée des patients dans un projet de territoire, afin de favoriser un maintien à domicile de «qualité». Des équipes mobiles de soins palliatifs et gériatriques peuvent aider les professionnels au premier recours et les services d’aide à domicile. La mise en place des plateformes de formation orientées sur le dépistage et l’évaluation de la douleur pour les professionnels intervenant à domicile dans les situations chroniques est un moyen d’améliorer la qualité des soins et d’optimiser la prescription médicamenteuse. Plus d’informations sur http://www.chu-st-etienne.fr

 

À PROPOS DE LA FONDATION APICIL CONTRE LA DOULEUR

 

La Fondation APICIL contre la douleur est Reconnue d’Utilité Publique depuis sa création en 2004. Cette reconnaissance par le Conseil d’État implique un fonctionnement non lucratif, une gestion financière désintéressée et une cause d’intérêt général. La Fondation APICIL a un objectif unique : contribuer au soulagement de la douleur des patients, de leurs proches et également de celle des soignants sur l’ensemble du territoire français. Depuis 14 ans, elle accompagne en France ceux qui combattent la douleur sur le terrain. Elle apporte sa caution scientifique aux porteurs de projets et attribue des moyens financiers aux chercheurs, équipes médicales et associations pour leur permettre de développer des approches différentes qui répondent aux attentes des patients et des soignants. À ce jour, plus de 8 millions d’euros ont été consacrés à plus de 620 projets qui ont vu le jour dans toute la France, à travers des actions innovantes de recherche, de formation, et d’information dans le but de valoriser de nouvelles pratiques. Plus d’informations sur www.fondation-apicil.org

 

 

 

Cet article pourrait intéresser un de vos amis ami ou un de vos proches ? N’hésitez pas à le partager. Le Partage c’est La Vie !!!

Pour réussir Confiance en soi

Télécharger le guide

"Pour Réussir"

Dans ce petit guide gratuit vous découvrirez

18 Secrets de Grand Leaders

pour développer votre confiance en soi.

Inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir le livre

 

You have Successfully Subscribed!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *