La dépendance et le rôle de l'exercice dans sa gestion.

La dépendance et le rôle de l’exercice dans sa gestion.

 

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), moins de la moitié de la population mondiale (38,3%) boit effectivement de l’alcool. Ceux qui boivent consomment en moyenne 17 litres d’alcool pur par an. De plus, l’usage nocif de l’alcool entraîne 3,3 millions de décès chaque année. En outre, au moins 15,3 millions de personnes souffrent de troubles liés à l’usage de drogues.

 

Ces statistiques, ainsi que d’autres, sont assez déconcertantes pour les amis et les membres de la famille des gens, qui ont une dépendance.

 

La dépendance et le rôle de l'exercice dans sa gestion.La toxicomanie est un trouble chronique pour lequel de nombreux facteurs biologiques, psychologiques, sociaux et environnementaux sont imputables. Environ la moitié du risque de dépendance est génétique. Les gènes affectent la quantité de récompense qu’un individu ressent lors de la consommation initiale d’une substance, par exemple de la drogue, de l’alcool ou de certains comportements, par exemple du jeu. Un désir accru de revivre l’utilisation de la substance ou du comportement, potentiellement influencé par des facteurs psychologiques (par exemple, stress, antécédents de traumatisme), sociaux (par exemple, l’utilisation d’une substance par la famille ou des amis) et l’environnement (par exemple, l’accessibilité aux substances). Une substance, à faible coût peut conduire à une utilisation régulière, entraînant des modifications du cerveau.

 

Les changements cérébraux comprennent des altérations du cortex pré-frontal et des régions du système limbique sous-cortical impliquant les circuits neuronaux de récompense, de motivation, de mémoire, de contrôle des impulsions et de jugement. Cela conduit à une augmentation des envies de dépendance et à une diminution de la capacité de contrôler l’impulsion, indépendamment de la connaissance et de l’expérience de ses conséquences.

 

Rôle de l’exercice dans la gestion de la dépendance

 

La plupart des traitements de la toxicomanie comportent un type de conseil visant à aider la personne à comprendre pourquoi elle adopte un comportement de dépendance.

 

Certaines études ont fourni des preuves convaincantes à l’appui de l’élaboration d’interventions axées sur l’exercice visant à réduire les schémas compulsifs de consommation de drogues chez les populations à risque.

 

L’exercice aide des manières suivantes:

 

Il libère des endorphines

 

Lors de la convalescence, le corps et l’esprit oublient les sensations fortes qui en résultent, ce qui entraîne une dépression pendant la phase de sevrage. Étant donné que l’exercice provoque la libération d’endorphines, qui agit naturellement comme un high, en particulier après une bonne séance de sudation, il est possible que le fait de s’entraîner aide un individu à faire face au processus de récupération.

 

Il réduit le stress

 

De plus, l’exercice régulier est un excellent moyen de réduire le stress, ce qui diminue les fringales liées au stress. Par conséquent, persévérer dans l’exercice à long terme pourrait même réduire le comportement de toxicomane.

 

Cela agit comme une distraction

 

Pour certains, faire de l’exercice peut servir de distraction. Bien que l’exercice atténue certains des symptômes du sevrage, il peut ne pas améliorer l’abstinence à long terme.

 

Il agit comme une méditation

 

La dépendance et le rôle de l'exercice dans sa gestion.L’exercice peut être décrit comme une méditation en mouvement. Ce concept sous-tend l’ancienne tradition des exercices de Hatha Yoga. En nous concentrant sur les mouvements physiques de l’exercice, nous pouvons faire l’expérience des avantages psychologiques et émotionnels de la méditation. Un bon entraînement laisse un sentiment plus rajeuni et optimiste, ce qui peut rendre la reprise beaucoup plus facile à gérer.

 

Cela améliore la vision de la vie

 

Ceux qui font de l’exercice régulièrement ont davantage confiance en eux-mêmes et ont moins de dépression et d’anxiété. De plus, l’exercice régulier procure un sommeil amélioré, une plus grande énergie et un sentiment de bien-être accru, modifiant ainsi de manière positive la vision de la vie.

 

En conclusion

 

La toxicomanie est un problème de dimension mondiale, influencé par de nombreux facteurs, notamment biologiques, psychologiques, sociaux et environnementaux. Environ la moitié du risque de dépendance est génétique. Bien que le conseil et le traitement constituent le pilier de la gestion, des exercices réguliers l’influencent de manière positive, rendant ainsi sa gestion plus efficace. Les personnes qui pratiquent régulièrement des exercices sont moins susceptibles de céder aux tentations de la dépendance, même si elles sont génétiquement prédisposées.

 

La dépendance est un trouble chronique mortel qui est sous-tendu par un certain nombre de facteurs de risque. Dans la majorité des cas, les mauvais gènes jouent un rôle dans la prédisposition des personnes à la dépendance, qui les héberge.

 

Néanmoins, le problème peut être géré efficacement, un exercice régulier jouant un rôle très important dans sa gestion.

 

Dr Pran Rangan   

 

 

Remèdes naturels de santé os allergies alimentaires

 

Méthode nutrition synergie alimentaire Méthode nutrition synergie alimentaire cerveau

 

Cet article pourrait intéresser un de vos amis ami ou un de vos proches? N’hésitez pas à le partager. Le Partage c’est La Vie !!!

Pour réussir Confiance en soi

Télécharger le guide

"Pour Réussir"

Dans ce petit guide gratuit vous découvrirez

18 Secrets de Grand Leaders

pour développer votre confiance en soi.

Inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir le livre

 

You have Successfully Subscribed!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.