Comment les hôpitaux connectés améliorent-ils le suivi des patients ?

Comment les hôpitaux connectés améliorent-ils le suivi des patients ?

 

Avez-vous déjà entendu parler des lits qui prennent la température de leurs occupants, ou encore de bracelets électroniques capables de lire le pouls pour prévenir le personnel soignant lorsqu’ils détectent une anomalie ? Vous pensez à un scénario de science-fiction ? Revenez sur Terre : nous sommes au 21e siècle, et tout ce que nous avons décrit plus haut est déjà réel. Il existe aujourd’hui ce que nous appelons des hôpitaux connectés, qui mettent la technologie au cœur du suivi de leurs patients. Comment y arrivent-ils ? Le point ici.

 

Les systèmes d’aide à la décision médicale

 

Les systèmes d’aide à la décision médicale (SADM) sont définis comme des logiciels dont la fonction est d’assister le personnel soignant dans ses tâches. Ils se présentent comme une bibliothèque d’informations qui décrit la situation d’un patient afin d’établir un diagnostic juste, pour ensuite appliquer la thérapie adéquate.

 

Développés dans les années 90 aux États-Unis, les SADM se sont rapidement positionnés comme une référence en Amérique et en Europe, où le système d’aide à la décision médicale UpToDate, distribué par Axilios, connaît notamment un franc succès. Présents dans de nombreux établissements hospitaliers à travers le monde, ces outils se réservent exclusivement à une utilisation par des professionnels de la santé. Il permet à ces derniers de s’appuyer sur des recommandations avisées et actualisées au fil des années. Ce qui permet dans un certain sens d’éviter des erreurs de diagnostic, mais surtout de fournir le traitement le plus adapté au profil du patient. Quand on s’attarde sur le point de vue du professeur Raoult D. par exemple, on peut même considérer ces systèmes comme une bible de la médecine moderne.

 

Depuis leur apparition, les SADM contribuent à l’obtention de meilleurs résultats quant à la qualité et à la sécurité des soins prodigués. Ils permettent de réduire le temps passé dans les hôpitaux, ce qui se traduit par des dépenses moins élevées chez le patient, mais aussi une meilleure efficacité au sein de ces établissements. Aussi, certaines études menées sur les hôpitaux employant la technologie ont révélé des taux de mortalité faibles grâce à une réduction drastique du taux des erreurs de diagnostic. Dans un pays comme le Royaume-Uni, où le British Medical Journal estime que près de 30 000 décès surviennent suite à de mauvais diagnostics, la décision d’adopter un SADM est vite prise.

 

Comment les hôpitaux connectés améliorent-ils le suivi des patients ?

 

Une architecture connectée pour améliorer le suivi des patients

 

La technologie domotique appliquée aux établissements hospitaliers permet d’améliorer leurs performances énergétiques. Quand on sort du domaine de la domotique toutefois, on arrive aussi sur des solutions connectées qui relient les besoins des malades à la gestion technique des hôpitaux.

 

Dans les faits, il s’agit d’analyser les données renseignées sur les dossiers d’admission des patients afin de leur attribuer une chambre disposant du chauffage ou de la ventilation qu’il leur faut précisément. Les profils qui nécessitent un suivi plus rigoureux seraient quant à eux placés au plus près des aides-soignants. En plus d’améliorer la répartition des profils au sein de l’hôpital, ces systèmes contribuent aussi à l’efficacité des soignants, en leur fournissant les informations relatives au suivi sur un écran.

 

La précision d’une telle organisation se retrouve toutefois affectée par de nombreux facteurs comme la capacité d’intervention du personnel, la proximité du matériel important ainsi que l’organisation électrique du bâtiment. C’est pourquoi sa mise en place nécessite une approche basée sur une architecture complète de solutions connectées pour surveiller les installations, détecter les anomalies, alerter le personnel, mais aussi stocker les résultats des analyses et les archives de l’établissement. Et ce n’est pas tout, puisqu’il faut prévoir une alimentation de secours pour assurer la continuité de l’alimentation électrique dans le bâtiment en cas de panne.

 

Des objets connectés pour accompagner les patients

 

Les chambres connectées modernes sont, depuis 2012, des réalités que l’on peut rencontrer dans de nombreux établissements hospitaliers français. Le CHU de Lille s’est notamment fait remarquer en équipant ses chambres d’installations high-tech comme des lits pilotables depuis un smartphone, des tableaux de bord qui permettent d’accéder aux dossiers médicaux grâce à des badges qui définissent des niveaux d’autorisation, ainsi que des écrans multifonctions.

 

Au nombre des autres objets connectés qui veulent simplifier la vie des patients, on retrouve le pilulier connecté pour gérer la prise des médicaments au quotidien. Dans les hôpitaux, ces objets sont reliés à des robots, chargés de les approvisionner tout en veillant à la compatibilité avec le profil allergique du patient. On retrouve également des textiles connectés qui assurent le suivi des personnes hospitalisées, ainsi que des chaussures de marche orthopédiques pour aider les seniors à garder l’équilibre. Il faut aussi compter la multitude des capteurs, bracelets et caméras, qui vont enregistrer le comportement des patients pour transmettre en temps réel les données au personnel soignant.

 

Avec un tel équipement, les hôpitaux connectés se positionnent comme étant les centres de soins les plus optimaux pour assurer une prise en charge des malades dans les meilleures conditions.

 

Comment les hôpitaux connectés améliorent-ils le suivi des patients ?

 

Un suivi médical facilité à domicile

 

Si tous les objets connectés ne peuvent pas se déplacer avec le patient, certains lui permettent néanmoins de réduire son séjour au sein du centre de santé. Les technologies dont profitent les établissements hospitaliers connectés ne limitent plus leur usage à l’interne. De petites box installées au domicile du patient, et reliées par le Cloud aux équipements de l’hôpital, permettent par exemple de transmettre périodiquement les données collectées sur l’état de santé des patients.

 

Ces démarches de modernisation permettent aux professionnels de se défaire de la phase de recueil des données, qui devient automatisée ; les données, quant à elles, peuvent alors aussi être traitées à distance. De cette manière, ils peuvent concentrer leurs efforts sur les personnes hospitalisées au sein de l’établissement, tout en continuant de faire des recommandations pour celles qui ne le sont pas, sur la base de l’analyse de leurs données. Pour les personnes non-hospitalisées, les technologies sus-évoquées leur permettent d’économiser sur leurs frais d’hospitalisation, mais aussi de sortir plus vite de cet environnement étranger, pour rejoindre ceux qui leur sont chers.

 

On le voit bien, la révolution numérique des hôpitaux avance à grands pas. Les établissements qui l’adoptent voient leur organisation, mais aussi la gestion de leurs patients, simplifiées. Et si l’hôpital du futur était 100% connecté ?

 

Goodbye comfort zone

 

Méthode nutrition synergie alimentaire Méthode nutrition synergie alimentaire

 

Cet article pourrait intéresser un de vos amis ami ou un de vos proches? N’hésitez pas à le partager. Le Partage c’est La Vie !!!
Pour réussir Confiance en soi

Télécharger le guide

"Pour Réussir"

Dans ce petit guide gratuit vous découvrirez

18 Secrets de Grand Leaders

pour développer votre confiance en soi.

Inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir le livre

 

You have Successfully Subscribed!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.