Dépresssion post-retraite : commente remonter la pente ?

Dépresssion post-retraite : commente remonter la pente ?

 

L’activité professionnelle est un vecteur de lien social, un moyen d’exprimer sa créativité et d’entreprendre, de gérer haut la main les tracas et imprévus, en somme de quoi pimenter son quotidien. Lors du départ à la retraite, c’est un rythme davantage calme qui prend le relais. L’euphorie des premiers jours laisse souvent place à un sentiment de vacuité ou à un certain ennui.

 

Avant de vous alarmer outre mesure, il faut savoir qu’il est tout à fait normal qu’un bouleversement aussi important influe sur le moral. Souvenez-vous que le passage de la vie étudiante à celle de jeune actif a lui aussi fait des émules ! Toutefois, il est nécessaire de distinguer une dépression qui requiert la plupart du temps le suivi d’un professionnel du « coup de mou » ou de la « mauvaise passade » face à laquelle de nombreuses solutions existent afin de remonter la pente. Voici quelques idées pour mieux vivre son blues du retraité.

 

Garder un rythme de vie

 

Quitter la vie active est loin d’être un changement évident pour tout le monde. Si certains attendent avec impatience « l’âge d’or » pour se consacrer à leurs passions, d’autres voient le passage à la retraite comme une fatalité : plus d’obligation de devoir répondre à des horaires fixes, plus de responsabilités, plus de « but », ajouté à cela, la peur de vieillir.

 

Pour casser ce cycle de pensées négatives, l’une des premières initiatives à mettre en place est de maintenir un certain rythme de vie : se lever et se coucher à heures fixes, dans la mesure du possible. En effet, l’humeur dépend beaucoup de la qualité du sommeil, c’est pourquoi il faut soigner vos nuits. À l’instar d’un adulte, un senior a besoin de dormir 7 à 8 heures pour être en forme. Aussi, une bonne alimentation est primordiale pour pallier la déprime. Rien ne sert de compenser son blues dans un amoncellement de sucre ou d’alcool. À défaut d’améliorer la situation, cela aura même tendance à l’empirer. Comme la retraite laisse davantage de temps libre, c’est une excellente occasion pour s’essayer à la cuisine et manger de bons plats.

 

Enfin, il faut intégrer dans sa routine un peu d’activité physique : gymnastique douce, natation, marche ou pourquoi pas un jogging. Un bon sommeil, une alimentation saine et un peu de sport, voilà un trio gagnant.

 

 Maintenir un lien social

 

Dépresssion post-retraite : commente remonter la pente ?

 

L’isolement est l’un des facteurs qui accentuent le plus les états de déprime passagère. C’est pourquoi tout senior victime de blues doit faire attention à ne pas se complaire dans la solitude. S’il n’est pas rare de constater une baisse des interactions sociales après le départ à la retraite, il faut tout de même s’efforcer de maintenir au maximum des contacts humains. Vous pouvez par exemple emmener de temps en temps les petits-enfants à l’école ou à leurs activités périscolaires, participer à leur éducation en les aidant pour les leçons, leur proposer des sorties culturelles…Il est important de se sentir utile à chaque instant. Qui plus est, gardez à l’esprit que les enfants aiment souvent plus leurs grands-parents que leurs propres parents !

 

Pensez également à prendre des nouvelles de vos amis. S’ils sont dans vos âges, il y a de fortes chances qu’ils soient eux aussi touchés par le blues du jeune retraité. En parler permet de dédramatiser la chose tout en trouvant un interlocuteur sensible à la problématique.

 

S’essayer aux réseaux sociaux

 

Dépresssion post-retraite : commente remonter la pente ?

 

Bien que les réseaux sociaux jouissent d’une réputation assez sulfureuse, ils sont pourtant très pratiques pour réduire la fracture sociale due à la distance physique encore plus palpable vu les événements actuels. Se créer un compte sur Facebook permet, en plus de retrouver les traces des anciennes connaissances et amis d’enfance, de partager autour de passions communes avec des inconnus, mais également d’entretenir un certain lien avec la famille par le biais de publications de photos ou de vidéos. Facebook intègre également un système de messagerie instantanée, d’appels audio et vidéo, de quoi maintenir un contact chaleureux et humain bien que virtuel.

 

Pour ceux qui aiment les photos, Instagram représente clairement un réseau social digne d’intérêt. Simplement avec un smartphone et un bon penchant pour la photo, vous pouvez créer un profil thématique sur la nature, les plantes, les animaux, le tourisme ou plus généralement vos centres d’intérêt. Il faut aussi savoir que certains seniors sont de véritables stars des réseaux sociaux, même là où l’âge moyen des utilisateurs ne dépasse pas les 25 ans. Mamie Zizette, 77 ans et 6 petits-enfants, possède une belle base de fans sur TikTok (une application mobile de partage de vidéo). À ce jour, près de 700 000 abonnés suivent chaque jour ses péripéties. Et si la retraite était l’occasion de percer sur les réseaux sociaux ?

 

Rejoindre un club

 

Dépresssion post-retraite : commente remonter la pente ?

 

Loin de l’image “ringarde” donnée à tort, les clubs seniors regorgent d’activités dédiées aux loisirs où il est possible de s’épanouir en présence de nouvelles têtes qui, tout comme vous, ont été ou sont victimes du blues du jeune retraité. Y sont mises à l’honneur la pratique d’activités manuelles et créatives, des activités ludiques comme la danse ou encore le théâtre, parfois même le club est en mesure de proposer bon nombre de formations : langues, informatique, cours d’internet pour les seniors, etc. Toutes les grandes villes ont développé des dispositifs afin de réduire les frais inhérents à la pratique de différentes activités. L’adhésion à un club senior permet parfois même de profiter de réduction dans de nombreux lieux culturels : musées, théâtres, opéras. Efficace pour remonter la pente de la déprime post retraite, les clubs seniors permettent de chasser l’ennui tout en élargissant son cercle de connaissances.

 

Faire du bénévolat

 

À l’instar des clubs seniors, le bénévolat est aussi bénéfique pour rencontrer de nouvelles personnes tout en se dévouant à une noble cause. D’ailleurs, selon une étude, près d’un tiers des plus de 65 ans font partie d’une association. Le bénévolat, quel qu’il soit, permet de maintenir un certain niveau d’activité tout en stimulant le corps et l’esprit. Certains s’engagent pour apporter une assistance aux plus démunis, d’autres pour partager leurs connaissances en prodiguant des enseignements musicaux ou sportifs, d’autres encore œuvrent pour la nature, l’environnement ou la protection animale.

 

Contrairement aux idées reçues, s’engager dans une association ne nécessite pas un investissement pécuniaire outre mesure si ce n’est les frais d’adhésion. Question temps, c’est selon votre envie. Quelques heures par semaine, quelques jours par mois ou même par année, il n’y a aucune obligation de présence ni de résultat, c’est d’ailleurs là, l’une des principales différences avec un travail ! Et pour trouver une association, rien de plus simple, certaines plateformes étant spécialisées dans la mise en relation. C’est le cas de Tous Bénévoles qui grâce à un critère de géolocalisation permettent de trouver des missions près de chez soi.

 

Acquérir de nouvelles compétences

 

Pour briser le sentiment d’ennui tout en retrouvant l’excitation d’apprendre de nouvelles connaissances, il existe un tas de solutions. Le Collège de France, par exemple, propose des cours et des séminaires gratuits de haut niveau et en accès libre qui permettent de renforcer ses connaissances sur des sujets tels que les mathématiques, les sciences physiques et naturelles, les humanités et les sciences sociales, etc. Prodigués par des pontes de leur spécialité, les enseignements du Collège de France bien que non diplômants demeurent certainement parmi les plus poussés. Aussi, la plupart des universités françaises proposent des modules inter âges avec des cours en présentiel ou en distanciel afin de se former dans tous les domaines ou presque dans lequel l’établissement dispense une formation.

 

Les mairies et certains centres de formation dispensent également des cours du soir qui peuvent constituer une activité épanouissante et divertissante. Quant à ceux qui redoutent de replonger dans une ambiance trop scolaire à leurs goûts, il est toujours possible de se former en autodidacte notamment par le biais de chaînes YouTube dédiées ou grâce aux Massive Open Online Course (MOOC) qui sont des formations en ligne certifiantes ou non.

 

Goodbye comfort zone

 

Méthode nutrition synergie alimentaire Méthode nutrition synergie alimentaire

 

Cet article pourrait intéresser un de vos amis ami ou un de vos proches? N’hésitez pas à le partager. Le Partage c’est La Vie !!!

Pour réussir Confiance en soi

Télécharger le guide

"Pour Réussir"

Dans ce petit guide gratuit vous découvrirez

18 Secrets de Grand Leaders

pour développer votre confiance en soi.

Inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir le livre

 

You have Successfully Subscribed!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.