Comment demander une augmentation à son patron ?

Je veux une augmentation ! Comment m’y prendre ?

 

Comme chacun sait, la vie de tous les jours est rythmée par les moments partagés en famille, les loisirs, bien entendu, mais aussi le travail, ce dernier prenant une part importante, tant au niveau de l’emploi du temps que des préoccupations principales. Lorsque l’on pose la question à un salarié ce qui lui importe le plus au niveau professionnel, si la première réponse obtenue reste invariablement l’intérêt qu’il porte à son entreprise et à son activité à proprement parler, il n’en demeure pas moins que le niveau de rémunération figure lui aussi tout en haut de la liste, puisqu’il se hisse en seconde position.

 

Voilà très exactement pourquoi nous nous fendons aujourd’hui d’un article qui va traiter du salaire, et plus précisément des opportunités de voir ce dernier prendre un peu d’épaisseur avec le temps. Nous allons donc vous livrer, un peu pêle-mêle, 5 choses qu’il est important de garder à l’esprit, le jour où vous allez vous jeter dans l’arène afin de demander une augmentation à votre hiérarchie, car contrairement à ce que certains peuvent penser, il y a des codes et un timing  afin d’avoir toutes les chances de se la voir accordée.

 

Comment demander une augmentation à son patron ?

 

Comme nous le disions dans notre chapeau d’introduction, le travail revêt une importance capitale dans la vie de tout salarié. Non seulement chacun d’entre-nous y passe une bonne partie de ses journées, mais en plus, il est bien souvent le seul levier disponible afin de s’offrir une vie tranquille, avec des rentrées suffisantes. Les rentrées suffisantes auxquelles nous faisons référence consistent à s’acheter de quoi manger, se loger et se déplacer, mais aussi, accessoirement, s’offrir ici ou là, des petites plages de loisir, des vacances une fois l’an, ainsi que des « petites folies » en matière d’achat de confort.

 

Il est donc important de savoir quand et comment renégocier son salaire auprès de sa hiérarchie, car la vie coûte de plus en plus cher, du fait de l’inflation (éhontément chiffrée à 3 ou 4 points par le gouvernement…) d’une part, et du fait de l’augmentation inexorable ou presque de l’immobilier et des biens de consommation. Voilà donc 5 clefs à bien comprendre, à retenir, et à appliquer, afin de vous doter d’un maximum de chance d’obtenir gain de cause, le jour où vous irez demander une augmentation au sein de votre entreprise.

 

1/ Ne partez pas dans l’inconnu…

 

C’est sans doute le BA BA et cela pourra même paraître un peu stupide de le préciser, mais il est primordial que vous prépariez avec soin quelques arguments et éléments de poids, qui vont pouvoir étayer votre requête. En effet, la première chose à penser, c’est que votre augmentation de salaire doit avoir s’avérer légitime aux oreilles de celui ou de celle à qui vous la soumettez ; il est crucial de pouvoir démontrer que vous méritez cette augmentation, tout simplement. Pour cela, n’arrivez pas « les mais dans les poches » comme on dit trivialement, compilez les informations, les résultats et tout ce qui pourra soutenir votre demande. Cela passe par l’idée de bien savoir présenter et parler de vos points forts, de précisément savoir mettre le doigt sur la plus-value que vous apportez à la boîte, etc.

 

Afin de parvenir à le faire de façon pertinente, le mieux et souvent de se mettre à la place de votre interlocuteur/trice (en amont évidemment…), qui sera aussi le décideur au final. Imaginez ce qui pourrait pousser cette personne à accepter de vous augmenter, si vous étiez elle… La clef est de parvenir, de façon légitime et naturelle, à bien vous valoriser, sans en faire trop et sans grandiloquence, avec le ton juste.

 

2/ La préparation psychologique…

 

Lorsque l’on envisage de demander une augmentation salariale, bien entendu, on a pleinement conscience que le moment va être capital, il est donc essentiel de se préparer mentalement, d’une certaine manière, un peu comme si vous prépariez une rencontre sportive ou un examen. Nous vous conseillons pour cela d’anticiper la rencontre en votre for intérieur, c’est-à-dire d’effectuer une sorte de projection mentale, de visualiser l’événement, cela vous sera d’une aide précieuse.

 

Ce n’est pas un hasard si les sportifs de très haut niveau utilisent tous cette technique, c’est justement parce qu’elle a fait ses preuves et permet de se roder, et quelque part aussi, de « dédramatiser » la chose. Le tout va être de ne pas visualiser n’importe quoi, n’importe comment : par exemple, prenez en considération la personnalité de celui ou de celle qui vous fera face, et tâcher d’extrapoler les questions, les réponses, les arguments et contre-arguments qui pourraient émerger de l’échange…

 

Comment demander une augmentation à son patron ?

 

3/ Le timing et la perspective…

 

Bien évidemment, vous comprenez qu’il est également très important de savoir choisir le bon moment… Si l’activité de votre compagnie bat de l’aile ou bien qu’elle traverse une zone de turbulence, le mieux sera sans doute de remettre cela à plus tard par exemple. Tâchez de bien analyser la chose, afin de ne pas vous retrouver dans une impasse en un rien de temps, une fois que votre supérieur vous aura affirmé et démontré, que toute augmentation est littéralement impensable en les circonstances actuelles… Attendez que tous les feux soient au vert, et vous mettrez ainsi tous les atouts dans votre jeu !

 

Nous avons groupé « Timing et perspective », car cela va de pair, nous semble-t-il, dans la mesure où, lorsque vous prendrez rendez-vous avec la personne concernée, il est prépondérant de le faire au bon moment de la journée, et selon des codes tacites… Nous vous conseillons par exemple de ne pas foncer dans son bureau dès l’embauche, ni d’attendre les 5 dernières minutes de la journée. Et puis, il faut aussi ne pas trop en dire à ce moment là, le mieux est de rester plus ou moins évasif, sans forcément parler d’augmentation, car c’est tout bête, mais cela pourrait tout simplement griller votre « effet de surprise » au moment « T », et amener votre supérieur, en amont, à réfléchir aux arguments qu’il va pouvoir soulever afin de contrer votre argumentation…

 

Précisez également bien que le rendez-vous demandé ne doit pas se faire un peu à la sauvette, entre deux portes, car il est important pour vous, comme pour l’entreprise ; prévoyez donc quelque chose de l’ordre de la demi-heure au minimum, ne serait-ce que pour les conditions d’écoute et de parole soient tous deux de qualité.

 

4/ Comment négocier, et vers quoi ?

 

Voici un conseil qui va sans doute vous paraître bien moins évident que les 3 premiers soulevés, peut-être même que pour certains ou certaines d’entre-vous, que vous le trouverez contre-intuitif… Oui mais voilà, c’est l’expérience qui parle, et cette dernière préconise, lorsque vous allez soumettre votre demande, de ne pas évoquer de somme sonnante et trébuchante, mais plutôt de parler d’un pourcentage… Pourquoi cela au juste, vous demandez vous ? Et bien c’est très simple au fond. La raison est purement psychologique, parce que parler de 10% de 2500 Euros (pour prendre un salaire aléatoire, mais tout de même qui parle à un grand nombre…), cela ne semble pas chiffrer autant que d’annoncer 250 Euros en bloc…

 

Mathématiquement, et au final, nous sommes bien d’accord que cela représente la même chose, mais le pourcentage a pour lui qu’il minore la différence. Ne cherchez pas à savoir ce qui, dans la psyché humaine (outre la complexité relative du calcul…évidemment…), est responsable de cela, c’est juste un fait connu et reconnu.

 

Seconde facette de cette petite partie, ne sous-estimer pas les requêtes ayant trait au avantages dits « en nature »… C’est très souvent quelque chose à quoi on ne pense pas, et pourtant, en considérant bien la chose, il ne faut pas mésestimer ce que cela peut nous valoir au final… Non seulement cela peut effectivement s’avérer très intéressant pour vous-même, mais en plus, cela peut aussi, en fonction du contexte, être également un avantage pour votre employeur, et il ne faut pas mésestimer cet aspect des choses… Les avantages en nature, ce peut être renégocier votre défraiement en termes de carburants, ou bien de négocier un véhicule de fonction, voire même un ordinateur portable, ou un téléphone, c’est très varié et souvent en lien avec l’activité propre de l’entreprise évidemment, mais aussi de votre poste en son sein.

 

5/ Restez en veille vis-à-vis d’autres opportunités…

 

Que les choses soient bien claires d’emblée, nous ne vos enjoignons certainement pas à tenter de « faire chanter »votre supérieur, en lui imposant ce choix cornélien qui reviendrait à  soit vous augmenter pour vous conserver dans les effectifs, soit vous perdre au profit de la concurrence, qui elle, a une idée bien arrêtée de la plus-value que vous sauriez lui apporter. Non ! N’entreprenez pas les choses ainsi, car à 85 % ou 90 %, cela reviendrait à vous tirer une balle dans la fiche de salaire…

 

Mais rien ne vous empêche par contre, de rester en veille, de surveiller le marché, voire même, pourquoi pas, de laisser votre CV chez telle ou telle agence de recrutement (spécialisé ou non…). Dans l’idée, et si vous permettez cette métaphore, cela revient un peu, comme le font certains pêcheurs, à laisser traîner une ligne au fil du courant, tout en gardant en main leur canne principale…

 

C’est sans aucun doute la meilleure façon d’avoir un instantané actualisé de la valeur véritable (et non pas supposée…) de votre profil, sur le marché du travail. Par ailleurs, il ne faut pas non plus minimiser l’impact positif que cela pourrait avoir sur votre moral, de découvrir que 2 ou3 sociétés intéressantes se penchent activement sur votre profil et envisagent pourquoi pas de tenter de vous attirer dans leurs filets (pour continuer à filer la métaphore de la pêche…) ; or, vous le savez fort bien, lorsque vous êtes en confiance, vous êtes plus à même de défendre vos propres intérêts de façon pertinente et judicieuse. En poussant la situation au plus loin, alors oui, effectivement, cela peut même devenir un véritable argument de négociation…

 

Pour conclure :

 

Nous en avons terminé avec nos 5 tuyaux afin de réussir à concrétiser une demande d’augmentation de salaire et nous espérons vivement que cela vous aura donné du baume au cœur afin de vous lancer, si tant est que vus ne saviez pas trop par quel bout prendre la chose auparavant. Avant de vous laisser méditer un moment sur tout cela et de maturer votre situation personnelle, nous aimerions vous distiller un dernier petit élément, qui, de notre point de vue revêt une importance majeure : au moment même où vous êtes en train d’effectuer un entretien d’embauche, ne perdez jamais de vue que c’est à ce moment là que la négociation salariale sera la plus ouverte.

 

Une fois que vous serez incorporé à une entreprise, alors sa grille de progression salariale s’appliquera tout naturellement et il sera plus compliqué de la contourner ou d’en court-circuiter le flux. N’hésitez pa à nous raconter votre expérience, une fois que vous aurez bien assimilé l’ensemble de ce faisceau de conseils et que vous aurez décidé de les mettre en pratique, nous serions vraiment curieux de les lire, et tellement heureux d’avoir pu vous apporter un petit « plus » dans la vie de tous les jours.

 

 

Pour réussir Confiance en soi

Télécharger le guide

"Pour Réussir"

Dans ce petit guide gratuit vous découvrirez

18 Secrets de Grand Leaders

pour développer votre confiance en soi.

Inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir le livre

 

You have Successfully Subscribed!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.