Sport et froid : quels risques pour la santé

Sport et froid : quels risques pour la santé ?

 

Si les quelques chanceux disposant d’une salle de sport ou d’équipements à la maison peuvent continuer à s’entraîner bien au chaud par ces temps de confinement, les autres n’ont plus comme solution que de se tourner vers une activité outdoor. Pratiquer une activité sportive lorsque les températures chutent n’est pas fondamentalement déconseillé si tant est que l’on soit en bonne santé et qu’on ne présente pas de pathologie cardiaque ou d’asthme. Cela regorge même de bienfaits notamment davantage de calories brûlées, plus d’endorphine libérée et un système cardio-vasculaire renforcé.

 

Le froid, loin d’être un allié pour la pratique sportive

 

Pour rester performant, le corps humain nécessite de conserver une température de 37 °C. Or, par temps froid pour maintenir la chaleur et éviter une trop grande différence de température, les vaisseaux limitent l’afflux sanguin. Les muscles sont moins irrigués et le cœur nécessite davantage d’apports en oxygène. La pression artérielle est de ce fait plus élevée, le rythme cardiaque aussi. Chez les personnes à risques, chaque degré Celsius en moins favorise de 2 % le risque de subir un infarctus dans les prochaines semaines.

 

De plus, le froid rend moins performant dans certaines activités qui nécessitent de la souplesse ou de la rapidité puisque les muscles ont tendance à être davantage raides et le corps engourdi. Qui plus est, le risque de blessure (tendinite, claquage) est plus important puisque le flux de liquide synovial est moindre et les muscles moins irrigués du fait de la vasoconstriction évitant la déperdition de chaleur. Question échauffement, les coachs sportifs sont formels, il ne faut donc pas lésiner. Idem pour la période de récupération et les étirements qui sont indispensables.

 

Ménager ses voies respiratoires

 

Comment se protéger des virus de l'hiver

 

L’air froid et sec irrite les muqueuses nasales et les bronches ce qui peut rendre le corps plus sensible aux différents virus circulant l’hiver. Si le running est pratiqué en ville, il faut également se méfier des pics de pollution durant lesquels un bon nombre de particules en suspension sont inhalées et peuvent causer une inflammation pulmonaire. Il vaut donc mieux dans la mesure du possible pratiquer son sport dans un parc ou en pleine nature.

 

Pour soulager ses voies respiratoires, il est conseillé d’inspirer par le nez puis d’expirer par la bouche. Néanmoins comme la quantité d’oxygène ainsi acquise est plus limitée, il peut être davantage difficile d’atteindre les performances souhaitées. De toute manière, pratiquer une activité sportive lorsqu’il fait froid nécessite de modérer l’intensité de l’effort et le poids des charges afin d’éviter une transpiration excessive et de ne pas solliciter à outrance son cœur. Surtout, il faut garder à l’esprit que si on n’a pas pratiqué de sport depuis longtemps, il vaut mieux faire un petit bilan médical avant d’appliquer sa bonne résolution et de se lancer par grand froid. Ce, afin d’écarter tout risque d’angine de poitrine ou d’accident vasculaire cérébral.

 

Les précautions à prendre pour pratiquer un sport dans le froid ?

 

Si les basses températures ne sont en aucun cas un bon prétexte pour cesser son entraînement, il faut toutefois adapter ses habitudes et son équipement. À titre d’exemple, une alimentation riche en poissons contenant des acides gras, des oméga 3 et de la vitamine D est idéale pour prévenir les carences tout en donnant au corps de l’énergie à revendre. Les probiotiques et les oléagineux quant à eux, boostent le système immunitaire et aident à lutter contre les petits maux de l’hiver tout en maintenant le corps en bonne forme.

 

Aussi, en hiver, la sensation de soif est moins perceptible, il faut donc veiller à assurer une hydratation suffisante tout au long de l’effort. Si le cœur est déjà largement sollicité, la déshydratation mène à une augmentation de la viscosité sanguine et de ce fait, le pousse encore à faire davantage d’efforts. C’est pourquoi les boissons isotoniques peuvent être d’excellentes alliées pour compenser les pertes hydriques tout en ayant des vertus revigorantes.

 

Sport et froid : quels risques pour la santé

 

L’équipement, également, doit faire l’objet d’une attention particulière. Déjà, il faut veiller à bien protéger les extrémités, responsables d’environ 70 % de déperdition de chaleur. Des gants et des chaussettes chaudes ne suffisent pas. La tête et le cou doivent eux aussi être bien au chaud. Aussi, il ne faut pas hésiter à enfiler plusieurs couches de vêtements : la première, pour évacuer la transpiration, la seconde, isolante, et la troisième imperméable et coupe-vent. Pour des activités comme le running, il vaut mieux préférer des chaussettes spécialement conçues pour le sport par temps froid afin de pallier le manque de souplesse des semelles de la chaussure qui, dès que les températures baissent drastiquement, ont tendance à moins amortir les chocs. Une fois l’entraînement terminé, il faut aussi penser à se changer au plus vite.

 

sport coach sportif

 

Méthode nutrition synergie alimentaire Méthode nutrition synergie alimentaire

 

Cet article pourrait intéresser un de vos amis ami ou un de vos proches? N’hésitez pas à le partager. Le Partage c’est La Vie !!!

Pour réussir Confiance en soi

Télécharger le guide

"Pour Réussir"

Dans ce petit guide gratuit vous découvrirez

18 Secrets de Grand Leaders

pour développer votre confiance en soi.

Inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir le livre

 

You have Successfully Subscribed!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.